Historique des sorties spéléos SDSM / PECI / AFIPH

Articles > Actualités   17-11-2017

1er juillet 2009 : grotte Roche - gorge de la Bourne - Vercors
10 IME Voiron et Vinay.
20 octobre 2010 : grotte de Pralétang - Les Coulmes - Presles
10 IME Vinay, Voiron et Voreppe.
16 novembre 2011 : Grotte Roche
2ème partie 8 enfants


25 avril 2012 : Cuves de Sassenage
2 CRS Alpes, 3 SDSM, 7 enfants
9 octobre 2013 : Grotte de la Ture- Autrans
8 enfants, 3 éducateurs, 3 SDSM, 2 CRS Alpes
15 octobre 2014 : Grotte de la Cheminée – Villard de Lans
9 enfants, 3 éducateurs, 3 SDSM, 1 CRS Alpes
7 octobre 2015 : Cuves de Sassenage
9 enfants, 3 SDSM, 1 CRS Alpes
16 novembre 2016 : Barme Chinelle – St Julien en Vercors
9 enfants, 4 éducateurs, 3 SDSM, 1 CRS Alpes
15 novembre 2017 : La Grotte Roche
9 IME Voreppe et Voiron, 4 éducateurs, 5 SDSM

La « Grotte Roche », en noir et blanc… !

Articles > Actualités   17-11-2017

Il faut un peu de volonté ce matin aux 9 enfants et 9 adultes

pour affronter les premières températures hivernales, surtout dans les gorges de la Bourne, certes rafraîchissantes en période estivale, mais glaciales en ce moment. D’ailleurs la neige est bien là, gelée, pas en très grande épaisseur mais il faut bien « planter les talons » pour descendre au pied du torrent, le longer un instant et arriver à l’entrée de la grotte, sous la route.
Avant cela, sur le parking aménagé en bord de route il a fallu vite équiper les enfants de combinaison, « culotte », casque, éclairage…
Compte tenu du froid extérieur, cette grotte est finalement accueillante et, après la traditionnelle photo, le groupe ne rechigne pas à y entrer
comme pour se protéger, frontale allumée, en marchant allègrement sur les pierres disposées en « pas japonais » pour éviter de se mouiller les pieds dans une large flaque d’eau.
Après, cette vingtaine de mètres « aquatiques », le sol est maintenant sablonneux et permet une progression confortable même si des blocs de rochers gênent un peu la progression. Philippe, notre dévoué moniteur, choisi ce lieu comme future « salle à manger ». Les glacières y sont déposées, la température est déjà moins fraîche.
La progression montante continue dans un boyau où il faut ramper, se contorsionner, « ranfrogner », se tirer pour progresser. L’équipement en combinaison est bien utile. Plus loin, la progression continue dans la grotte, les blocs sont plus nombreux, un peu glissants, aspergés par quelques gouttes tombent du plafond et la petite troupe arrive au fond de la partie « praticable ».
Frontales éteintes, après le blanc du dehors, c’est ici le noir absolu… Les tumultes de la rivière souterraine qui longe la grotte rive gauche empêche d’écouter le silence…

Photo de groupe, puis le retour s’organise après avoir observé une chauve-souris scotchée au plafond. Nous retrouvons notre lieu de pique-nique pour un casse-croûte bien mérité après toutes ces émotions avant une dernière descente éclairée de plus en plus par la lumière du jour.
Tout s’est très bien passée, dans une ambiance sereine ! Nous voilà à l’« air libre », moins froid qu’au départ ; la remontée vers les véhicules, le déséquipement des enfants, les traditionnels « à la prochaine ! »…
Une prochaine ? Philippe en a promis une en 2018, mais cette fois au printemps, a priori, moins « frisquette », peut être dans les environs de La CHAPELLE.. un peu plus loin, dans un secteur jamais exploré par la SDSM . Volontiers Philippe, les enfants et les adultes en redemandent !
Une pensée amicale pour notre compagnon, Jean LAVIGNE, un des pionniers de la spéléologie, qui nous avait accompagné en 2009 , lors de la première exploration SDSM de la Grotte Roche en 2009.
RM
A voir aussi
cliquez ici pour visionner une vidéo
cliquez ici pour visionner d'autres photos
Lire l'article du Dauphiné Libéré ici

Du « Belvédère des Sangles » à la « Grotte de la Passerelle » en passant par le « Sentier des pêcheurs », une reconnaissance sympa…

Articles > Actualités   05-11-2017

En cette fête de Toussaint, le soleil persistant encourage à bouger pour profiter au mieux de ces conditions exceptionnelles !

Alors, en prévision des activités 2018 avec les enfants hand IMEP / IME, une reconnaissance SDSM s’organise à partir de la Porte de l’Enclos (à la sortie de St Pierre de Chartreuse, dans les gorges du Guiers Mort) jusqu’au belvédère des Sangles via le pâturage de Vallombré et le Habert de Malamille .
Ce secteur chartrousin de « proximité » est finalement assez peu connu des randonneurs qui préfèrent s’enfoncer plus avant dans le massif. Pourtant le décor en « carte postale » qu’il offre depuis l’alpage de Vallombré, vaut à lui seul le déplacement. Ici, pas de pylône, pas d’immeuble, pas de remontée mécanique… mais des forêts aux couleurs d’automne, des alpages, le Monastère, la Correrie, le Grand Som…le silence ! Arrivé au Habert de Malamille, que dire de ce habert « habitation/ bergerie » architecture typique Chartreuse calé là au pied du cirque « Arête du Bérard/ Collet/ Charmant Som / Col de la Cochette », habert qui trône impassible, solide gardien des lieux certainement depuis des siècles.

Poussés, tirés par les valides, les enfants en fauteuils parviendront sans doute ici après quelques kilomètres d’une route forestière en grande partie goudronnée et parfois en pente soutenue. Les gamins des IME poursuivront eux à plat un large chemin qui mène au « Belvédère des Sangles » dominant d’une centaine de mètres la vallée du Guiers mort. Compte tenu de cet à-pic impressionnant, des précautions de sécurité devront être observées à l’approche du belvédère!
A noter que quelques adultes en situation de handicap du foyer d'hébergement Béalières/Prélong des FAG (Foyers de l'Agglomération Grenobloise) et l’Association CHAM, amie de la SDSM, seront invités à participer à cette journée de solidarité fédérative qui s’annonce particulièrement riche en émotions.
Au retour, il est encore temps au pied du Pic de l’Oeuillette, de « jeter un œil » à la partie amont du « Sentier des Pêcheurs » récemment aménagé le long du Guiers. Sans doute à l’avenir un objectif intéressant pour les gamins handicapés en période estivale au moment de la recherche d’un peu de fraîcheur !

Mais nous ne voulons pas quitter les lieux sans visiter la « Grotte de la Passerelle » profitant du meilleur guide qui soit puisque notre webmester Daniel en a été l’un des explorateurs. Cette résurgence du Charmant Som se situe rive gauche en amont de la passerelle. Son porche mesure 30 m de large et 15 m de profondeur. En juillet 76, Daniel a « ouvert » les siphons 2 et 3 qui comptent parmi les plus grandes zones noyées de Chartreuse (35 m de profondeur, 300 m de long.. ). Evidemment, l’exploration de cette grotte est réservée aux spéléos/plongeurs de haut niveau !
Mais la journée n’est pas finie ! A l’occasion d’une halte dans la vallée, Daniel sort son attirail de cinéaste amateur du coffre de sa voiture pour commencer les premières prises d’interviews du film SDSM qu’il projette de réaliser.
Encore une journée de reconnaissance bien remplie et oh combien enrichissante !

La Bérarde: Journée souvenirs

Articles > Actualités   05-11-2017

Ce lundi 23 novembre, Raymond, Bernard, Daniel ont passé une journée à la Bérarde

afin de se commémorer un passé de résistant pour Pierre, d’anciens de la CRS Alpes pour Bernard et Raymond.
Ils n’ont pas manqué entre autre d’aller voir le poste de secours devenu la « Maison de la Montagne », la maison où habitait Rémi, ermite et ami des secouriste et bien connu des montagnards… et d’aller sonner à la porte de Dédé, un bien connu des secouristes. Un moment de retrouvailles sympatiques pour ces anciens.
Quant à Pierre,
cette journée a été l’occasion d’évoquer le pourquoi et le comment de sa présence au maquis de l’Oisans et plus particulièrement à l’Alpes d’Huez, d’évoquer Noël Monnot, un copain « qui me lavait mes
affaires » mais qui s’est révélé après être un personnage très important de l’ONU. A cette époque, il se cachait au maquis. Un moment particulier a été une pause dans l’un des virages menant à La Bérarde où seraient enterrées une vingtaine de personnes exécutées par cette justice de l’époque, expéditive lorsqu’il fallait juger des collaborateurs. Mais était-ce là ? Aucune trace indique cette présence et Pierre, qui n’a pas été témoin, ne possède que des renseignements d’un autre résistant.

Enfin, et ce fut l’un des meilleurs moments de la journée, le repas chez Marie Claude... où les murs connaissent tous les secrets de cette vallée mythique du Vénéon.. Au menu, notamment des crosets « fait main » arrosé d’un bon vin.
Les premiers flocons ont fait leur apparition sur les hautes cimes du secteur baignées par un soleil inespéré. Une journée qu’il ne fallait pas manquer, sous un ciel immaculé alors que dans la cuvette grenobloise, les nuages donnaient une couleur bien plus tristounette !

Où surfer sur Internet…

Articles > Actualités   30-10-2017

Je ne suis pas très fort ni assidu en la matière mais sur conseils d’amis, j’ai feuilleté sur google « Sauveur PIGUILLEM Historique» différentes pages évoquant notamment le « secours en montagne » des années 50 illustrées de photos de l’époque…
Je suis aussi allé voir sur « catala.sig » les réflexions d’Henri SIGAYRET qui a retrouvé sa région natale, alpiniste himalayiste toujours aussi sulfureux, décapant, sincère, plein d’humour.. qui ne laisse pas indifférent!
Bonne lecture !
RM

Un accro par un été indien

Articles > Actualités   12-10-2017

Comment rêver à de meilleures conditions atmosphériques que celles rencontrées ce mercredi 12 octobre sur les contreforts d’Autrans pour la traditionnelle journée « Accrobranche » ! Soleil, température agréable, couleurs de l’automne, pas de vent. Tout est réuni pour que cette journée soit une réussite et elle l’a été parfaitement !


Ajoutons une dose de confiance liée à l’habitude des lieux, du sympathique accueil des deux Philippe, animateurs. Bref, une journée à ne pas manquer ! 18 enfants, 4 éducateurs et 13 sdsm ont eu la chance de profiter de cette ambiance exceptionnelle.
Il y a toujours un petit flottement au moment de l’équipement avec le baudrier, les longes, le casque et la familiarisation des « mousquetons intelligents », ce nouvel équipement qui permet de progresser en hauteur entre les arbres sans pouvoir quitter la « ligne de vie »…
Parcours vert pour les moins habiles, bleu pour les autres, pratiquement un adulte pour un gamin, tout se passe à merveille. Les quelques craintes des uns sont compensées par l’aisance des autres. Globalement le gain en motricité observé à la fin de la journée est phénoménal !

Et le pique-nique, tous ensemble en sous bois ! un bon moment de repos et de convivialité montagnarde. Presque tout le monde est prêt pour un nouveau parcours.
Les mines réjouies des gamins et des adultes observées à la fin de la journée ne laissent pas de doute : Difficile de faire mieux à tous égards !
RM

Lire l'article du Dauphiné Libéré ici
cliquez ici pour visionner une vidéo

Et les pigeons s’en sont allés... pas très loin !

Articles > Actualités   30-09-2017

Nuit en refuge de proximité pour cette édition estivale 2017 puisque le gîte « les Ecuries du SAPPEY », à 12 kms de GRENOBLE, est choisi par la SDSM.


La première rando se déroule du côté des Emeindras, secteur « montagne douce » connu hiver/été, entre Chamechaude et le St Eynard. A partir du parking du Bruchet, à 11h00, le groupe de 33 enfants et presqu’autant d’adultes emprunte un large chemin plat confortable, s’enfonce un moment dans la forêt, pour arriver au premier alpage « l’Emeindras du Dessous ». Il faut alors virer à droite pour rejoindre 20 minutes plus tard « l’Emeindras du Dessus (1427 m) », ses 2 chalets plantés en plein centre et ses « tarinnes » paissant dans le secteur.
L’heure est au pique-nique à côté de ces bergeries !
Vers 14 H00, le groupe entame la longue redescente par l’itinéraire du fond de vallon choisi par Marc, notre guide du jour. En dépit des caprices d’une jeune fille bien gérés par les éducateurs, le groupe rejoint sans autre problème le village du SAPPEY.
La météo a prévu de « rares averses » pour cet après – midi mais fort heureusement le soleil ne nous a finalement pas quitté tout au long de ces 300 m de dénivelée..!
Le groupe remonte dans les véhicules pour rejoindre au « Col de Bens », les « Ecuries du Sappey », bâtiment « Chamechaude » notre hébergement collectif pour cette nuit.
L’installation des uns et des autres effectuée, tout le groupe se retrouve devant le bâtiment d’accueil pour un moment fort, celui du « lâcher de pigeons » symbolique, en souvenir de Patrick, éducateur de la Gachetière récemment disparu. Le Directeur du PECI et la Chef de service de la Gachetière nous ont rejoints. La porte de la petite volière de transport ouverte, les 3 pigeons hésitent un peu puis finissent par s’envoler timidement pour se poser sur le toit d’un bâtiment avoisinant. Mathieu lit un texte préparé par les enfants, Jean-Marc évoque son amitié avec Patrick. Quelques enfants pleurent… La nuit tombe..
Chacun se remet de ses émotions au moment du « pot d’accueil » et du copieux souper qui suit.
L’« Ecoutoux », petit sommet peu connu, est l’objectif de la deuxième journée de rando. Au matin, le temps est au beau ! Le chemin part du gîte, longe les parcs à chevaux avant d’entrer plein sud dans une grande forêt de résineux que nous ne quitterons pratiquement plus jusqu’au sommet. A l’approche du point culminant, le chemin se transforme en véritable sentier de montagne, bien en lacets, en pente soutenue, plus sélective que celle de la veille. Le sommet (1406m) est relativement exigu, avec des rochers bien saillants ;
il n’y a plus d’arbres et toutes les montagnes avoisinantes apparaissent d’un coup à 360 ° teintées des premières couleurs d’automne.
La descente s’effectue par le même chemin et le groupe regagne les véhicules pour quitter le gîte et s’installer un peu plus bas dans une large zone champêtre bien accueillante pour un pique-nique apaisant bien mérité...
Dans ce dernier mouvement, nous jetons un ultime coup d’œil en arrière. Surprenante image que celle de ces 3 pigeons toujours là perchés sur le toit. Ils semblent nous regarder partir, plonger dans la vallée. Ils se sont bien envolés hier soir mais ne sont pas allés très loin comme si Patrick ne voulait pas nous quitter et nous montrer qu’il est toujours là, à nos côtés, comme par le passé, depuis presque 20 ans… !
RM

Une belle opportunité !

Articles > Actualités   28-09-2017

Le programme 2017 était bouclé.. Cette année, il n'était pas possible de déplacer le "rocher d'escalade" et son équipe d'animateurs dans un des sites que nous connaissons bien... quand soudain, une opportunité s'est présentée. Alors, Fabien , notre compagnon SDSM , patron de cette structure, n'a pas hésité et a choisi de l'installer à l'IME de VINAY . Avec Jean-Yves, tout s'est évidemment bien déroulé et les gamins handicapés ont pu profiter de ces bons moments bien utiles à leur développement. Merci à Fabien, Jean-yves et à toute l'équipe pour cette heureuse initiative

Lire l'article du Dauphiné Libéré ici

L'agenda

15-11-2017 : Sortie spéléo
12-01-2018 : Assemblée générale

Le bulletin

Recevez par email les dernières nouvelles en vous inscrivant au bulletin d'information !

Les dernières photos

Le forum

31-08-2017 : valse ski fauteuil (0)
05-07-2017 : un peu d'histoire (0)
31-03-2017 : saint julien vercors (0)
19-02-2017 : AGO 2016 (0)