Deux anniversaires ! et un très honorable vétéran !

Articles > Actualités   28-06-2017

Que retenir de cette journée du 24 juin 2017 placée sous le souvenir de Félix GERMAIN au col de l’Arzelier à Château - Bernard ?


Le 70ème anniversaire du crash du Dakota le 14 mars 1947* contre la grande Moucherolle occasionnant la mort des 23 occupants. La délégation SDSM a pu visiter une exposition où étaient présentés notamment des articles de presse de l’époque et des débris de l’avion… Il s’est rendu ensuite au cimetière de Château-Bernard où repose encore un couple de Hollandais, victime de la catastrophe, enterré là pour l’éternité.
Le 70ème anniversaire de la première intervention des CRS en montagne à la demande de Félix GERMAIN, patron de l’opération de secours. En effet, des bijoux auraient été découverts sur les lieux du crash nécessitant la présence de « policiers » pour éviter d’éventuelles récupérations frauduleuses. « Jeannot » LABORET**, n’a pas participé à cette opération, mais le « doyen » des CRS montagne a tenu à être là comme garant de la mémoire.
La présence toujours aussi sympathique de René PETELAZ***, un des rares sauveteurs encore vivants ayant participé à cette opération d’envergure. Du haut de ses 97 printemps, René est toujours là, souriant, affable, disponible… Quelle gentillesse se dégage de notre fidèle compagnon, membre de la SDSM depuis 1945 ! Quel exemple pour nous tous ! Ses parents s’étant fait centenaires, il nous confie sourire en coin qu’il a encore quelques années devant lui ! Nous l’espérons tellement !

En résumé, une belle journée, bien remplie au Col de l’Arzelier qui encourage à poursuivre l’an prochain en 2018, toujours sur les traces du souvenir, cette fois dans le secteur de VILLARD d’ARENE pour une autre opération de secours non moins mythique à laquelle participait René PETELAZ, dirigée aussi par Félix GERMAIN : celle du Pavé , en 1948, 70 ans après!
Renvois sur le site sdsm38.fr, consulter :
• le récit de cette opération : « un peu d’histoire- Témoignages – une grosse opération SDSM..
• le portrait de Jean LABORET : « Qui sommes-nous ?-portraits »
• le portrait de René PETELAZ ; « Qui sommes-nous ?- portraits »
Note :
• Inscription portée sur la tombe : Ici reposent les époux Jacques Salmeson morts dans ces lieux le 14 mars 1947

Ça construit à DIONAY !

Articles > Actualités   27-06-2017


Tout le monde ne connaît pas forcément ce petit village au Nord de St Marcellin, sur les premiers contreforts des Chambarans. Dans ces coteaux bien exposés, Alexandrie et Jean-Yves, tous deux éducateurs à Ginkgo- IME de VINAY, ont choisi d’y installer leur nouvelle vie. Profitant de la fin de l’année scolaire, ils viennent d’y organiser une petite réception à laquelle ils ont convié toute l’équipe du « personnel soignant et éducatif » de leur IME ….et la SDSM ! Quelle belle idée !
Nous connaissons maintenant bien les éducateurs de Ginkgo, mais moins leur « Chef de service », l’ « orthophoniste », la « psycho-motricienne », le « factotum », la « maitresse de maison ».. etc etc. Cette réception nous a donc permis de faire connaissance avec ces « spécialistes » utiles à l’épanouissement des enfants handicapés et au fonctionnement de leur établissement.
Avant le dessert, nos deux hôtes nous ont conduits sur le chantier de leur future maison dont les moellons sont sortis de terre. La maçonnerie s’arrête là car la grande dalle bétonnée va maintenant recevoir tous les ingrédients nécessaires à la construction d’une maison toute en bois, bien plantée face à la chaîne du Vercors qu’on aperçoit tout au loin.
Au-delà de la construction du nouveau nid d’amour de nos amis Alexandrie et Jean-Yves, cette agréable soirée a permis d’une part de constater la bonne harmonie qui règne au sein de Ginkgo et d’autre part de consolider encore un peu plus les liens qui unissent désormais le personnel de cet établissement avec la SDSM. Une autre forme de « construction » plus abstraite celle-là, qu’il convient aussi d’entretenir et optimiser !
Nous nous sommes donnés rendez-vous pour la « crémaillère », évidemment !
RM

Une rando du cœur… au cœur de la Chartreuse.

Articles > Actualités   13-06-2017

Du parking de la Correrie, l’itinéraire du groupe des IME commence par une courte descente sur la route

jusqu’au Pont des Allemands. La montée commence là. Elle permet en fait de réchauffer tout le monde car le soleil n’a fait que timidement son apparition et la température est assez fraîche. Plus loin la pente se couche et permet de souffler un peu avant de se redresser à nouveau pour arriver à « Chartrousette », belle bâtisse chartrousine en bon état dont les abords viennent opportunément d’être fauchés sans doute par les « accompagnateurs » en charge de l’entretien des lieux.
Marc, notre guide du jour, choisit opportunément d’y faire la première halte pour permettre aux enfants de manger et boire.
L’itinéraire se poursuit jusqu’à une petite route forestière à moitié goudronnée, quasi horizontale. Il faut prendre alors plein sud. Le soleil est désormais bien présent et la vue dégagée sur le Charmant Som , l’arête du Bérard , la Dent de Crolles et le Grand Som, Seigneur des lieux…
De nouveau dans la forêt, à la première patte d’oie, il fait alors prendre à droite. Le chemin s’élève de nouveau et après un lacet nous arrivons à notre objectif du jour planté dans une clairière, le Habert des Rochers ! Il est moins connu que son voisin du Billon mais il est tellement moins fréquenté que les « montagnards » l’apprécient peut-être plus. Son bassin bien alimenté, son cadran solaire, sa cave en sous-sol témoignent de la richesse d’une vie pastorale passée.
Il est temps de manger.. quelques plaisanteries.. un regard sur les « Trois pics de Belledonne » encore enneigés qui apparaissent au loin, « coincés » entre deux pans de montagne chartrousine et il nous faut redescendre sur nos pas mais cette fois en longeant la route forestière. La progression est ici plus confortable. La route domine le Monastère que nous apercevons par intermittence entre les arbres. Un grand virage à droite nous amène dans ces lieux archi -connus mais tellement extraordinaires. C’est aussi le moment de rejoindre le groupe d’enfants IMEP qui ont eux aussi entamé la descente.
En effet, le manque de liaison téléphonique entre les deux groupes à cause du « y a pas de réseau ici, sauf le 112 » a fait que le petit groupe avait commencé à descendre, ne sachant pas trop où était l’autre groupe. Dans la pente abrupte longeant les murs du monastère, il a fallu trouver une technique pour que les quatre charriots descendent en toute sécurité. Les quatre éducatrices et la petite équipe de la SDSM se souvenaient que le matin, parfois,
il a fallu être deux pour pousser des charriots dans cette côte plus que raide. A la plus grande joie des enfants qui chacun à leur manière, exprimaient une joie intense d’être dans ce lieu silencieux, forestier, agricole avec des vaches toutes blanches et d’autres toutes noires… La petite route privée qui part du parking et qui est fermée par une barrière est sans passage de véhicules et a permis à la randonnée de se faire sans soucis de sécurité routière, de profiter du cadre. Il a fallu plus d’une heure pour arriver à l’entrée du monastère. Là, le petit groupe a pu chercher un lieu pour le pique-nique et la sieste : un bout de prairie bien verte et aux odeurs de pissenlits bien frais. Le soleil a pointé vers midi donnant lumière et chaleur à ce petit repas qui avait été apporté dans des glacières. Instant heureux pour certains de voir des moines chartreux sortir de leur monastère pour partir en randonnée… Ce n’est pas tous les jours qu’on en voit, à ce qu’il parait.

Le retour aux voitures s’est fait vers 15h 30. Pour certains, il faut partir vite.. Juste le temps de se dire au revoir et à bientôt… Les jeunes de l’IMEP vont faire un tour à la salle hors sac et aux toilettes de la Correrie après avoir rangé les charriots dans le véhicule. Tiens ! les pneus que Michel, l’ancien chef du garage de la CRS a dû regonfler le matin, juste avant la photo collective pour le DL, sont encore bien gonflés ! Alors c’est tout bon pour la prochaine fois !
RM et Dan
Lire l'article du Dauphiné ici
cliquez ici pour visionner une vidéo

“Le Pic St Michel….. BOULAND »

Articles > Actualités   28-05-2017


Le 16 mars 1997, Michel BOULAND disparaissait lors d’une intervention de Secours en Montagne à la « Mayer-Dibonas, dans la face nord-ouest du « Dôme des Ecrins ».
Ses plus proches collègues ont tenu à se réunir le 24 mai, sous un soleil estival, pour marquer symboliquement le vingtième anniversaire de la disparition « victime du devoir » de ce grand alpiniste professionnel,... et aussi un mari, un papa, un ami…

Son épouse Aline, participant évidemment à cette journée, a montré au groupe avec émotion l’endroit où les cendres de Michel ont été répandues, à proximité du sommet, où l’on aperçoit beaucoup de sommets de la Chartreuse, du Vercors, des Ecrins, du Dévoluy… sommets que Michel à tant fréquentés, en toutes saisons.
Au-delà de Michel, une amicale pensée est allée vers tous les sauveteurs, de tous bords (PGHM, CRS Alpes, Hélico…), disparus prématurément en opérations de secours ou dans d’autres circonstances.
Nous n’oublions pas ! . Et vive la vie !
R.M.

C’est nouveau et cela a plu !

Articles > Actualités   12-05-2017


Pas de via ferrata mais des parcours d’Acrobastille choisis à cause de leur simplicité en ce mercredi 10 mai pour une douzaine d’enfants. Encadrée par 3 éducateurs et 11 bénévoles SDSM, la découverte de cette activité a été très appréciée d’autant plus qu’un partenariat avait été établi avec Acrobastille.
Tandis que Raymond et Bernard répondent aux questions du Dauphiné Libéré, les techniciens expliquent le fonctionnement du premier atelier de la journée : la galerie aux sorcières.
Une fois les harnais enfilés, c’est une cordée qui s’engage dans ce parcours aériens, équilibriste mais ludique. Parfois il faut vaincre sa peur qui reste là malgré la bonne longe de sécurité, parfois, il faut jouer les funambules, parfois il faut être contorsionnistes… Mais ce qui est certain, la bonne humeur reste présente jusqu’au dernier agrès, une tyrolienne.
Il est un peu plus de midi, lorsque le dernier termine son parcours. C’est l’heure du pique-nique et le moment de reprendre des forces, car pour ce début d’après-midi, le spéléobox attend tout le groupe.
120 mètres de galeries, dans le noir, attendent les jeunes et moins jeunes… Dans le secret de ce corridor, chacun avance pour franchir chatières, siphon de balles, galerie. Mais le secret est un secret de polichinelle car ceux qui sont restés dehors peuvent voir grâce à quelques cameras infra rouges positionnées
dans le circuit, l’avancement de la troupe. Ce ne sont que rires et plaisanteries que l’on peut entendre.
De l’avis des éducateurs, une telle activité équivaut à de nombreuses heures de motricité que les enfants suivent dans les différents établissements. Alors, voilà un prétexte pour qu’AcroBasstille devienne un rendez-vous annuel apprécié par tous, grands et petits.
Les remerciements du président à Acrobastille

Monsieur le Directeur,
La sortie “acrobastille” organisée par la Société Dauphinoise de Secours en Montagne ( SDSM ) le 10 mai dernier a été particulièrement appréciée autant par les enfants que par les adultes. S’agissant spécialement des enfants handicapés, au-delà de l’aspect ludique indéniable, ce type d’activité contribue vraiment à optimiser pour eux l’estime de soi, la confiance en soi et la motricité.
L’accueil chaleureux et attentionné de votre équipe ainsi que les conditions d’accès exceptionnelles que vous avez bien voulu réserver à notre groupe ont aussi largement contribué à la pleine réussite de cette journée et nous encouragent à réitérer l’expérience.
Je tiens à vous en féliciter et remercier chaleureusement.
Vous souhaitant le meilleur et notamment une bonne saison estivale, je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur, mes bien sincères salutations.
Raymond Mollaret

cliquez ici pour visionner une vidéo
cliquez ici pour visionner cette vidéo en HD
cliquez ici pour visionner une autre vidéo
Lire l'article du Dauphiné ici
cliquez ici pour visiter le site de'Acrobastille

dan

« Coucou » à l’Ecoutoux

Articles > Actualités   22-04-2017

Le vent froid de ces deniers jours n’a pas empêché le Bureau de la SDSM de faire une petite reco ensoleillée sur ce sommet assez peu connu de la Chartreuse, non loin du Sappey. Au-delà de la petite montée vers ce sommet, l’objectif était surtout de reconnaître les lieux d’une éventuelle « nuit en refuge » en remplacement de celle initialement prévue à Gresse en Vercors au camping de notre compagnon Christian.


En effet, dans ce secteur à l’écart de l’axe principal du Col de Porte, se situe un complexe de tourisme sportif, principalement équestre, l’ « Ecurie du Sappey – Domaine de Bens » qui en outre dispose de structures hébergement et restauration permettant d’envisager dans des conditions satisfaisantes 2 journées et une nuit au profit de la bonne trentaine de gamins qui participent généralement à ces désormais traditionnelles « nuits en refuge ».
De plus, le critère « proximité » de ce site non loin des établissements de Vinay , Voiron, Voreppe est un atout déterminant : économie des moyens de transport et surtout moins de pertes de temps et de fatigue dans les trajets véhicules pour les gamins.
La grimpée à l’Emeindras d’une part à l’Ecoutoux d’autre part seront les objectifs sportifs de ces 2 journées. Le profil et l’état des sentiers sont satisfaisants, peu exposés y compris pour la joëlette.
Les dates de cette action restent inchangées, à savoir les 26 et 27 septembre 2017.
Ce sera vite là !

Vous avez dit : Nuit en refuge « hivernale » !

Articles > Actualités   31-03-2017

Il faut beaucoup d’imagination pour penser même une seconde, à une nuit en refuge « hivernale » ces 28 et 29 mars à Saint Julien en Vercors. Certes, le réchauffement climatique nous réserve des surprises, mais de là à imaginer ces conditions printanières voire estivales… non.
Certes, nous avons bien trouvé un début de matinée un tantinet « frisquet » et quelques vieilles traces de neige dans des secteurs bien à l’ombre, ou de glace sur les pistes de ski de fond mais l’hiver est bien derrière nous et la végétation prête à exploser.
La première image anecdotique de ce séjour est proposée par Jean-Pierre, notre fidèle « ski-fauteuil-man », qui a choisi de monter sur le plateau en « buggy », engin qui a attisé la curiosité des 36 gamins participant à ces journées dès qu’il est arrivé sur la place du village de Saint Julien, premier lieu de rassemblement.

Dans ce secteur presque désert, il est facile de trouver un coin de pique-nique tranquille. Petits préparatifs de départ, installation de la petite Clara sur la joëlette, et le groupe fort de 59 unités commence la progression jusqu’au « Pas de l’Allier ». Avec ce beau temps, le point de vue est superbe mais la falaise vertigineuse est là et requiert toute l’attention des adultes. Une petite boucle chemine dans la forêt et ramène au centre de la Matrassière où tout le monde, petits et grands, s’installe.
Le « Pot de l’amitié » est honoré par la présence encourageante du directeur du PECI avant le dîner et la traditionnelle « tartiflette ». La soirée se poursuit par les nombreux jeux (baby-foot, ping-pong, ballon…) mis à la disposition des gamins qui s’en donnent à cœur-joie ; les échanges, rires, plaisanteries sont nombreux avant une nuit récupératrice bien méritée.
Au lever du jour, il fait toujours très beau. Aucun nuage. La prairie d’Herbouilly est le point de destination de la rando. Il fait bien un peu frais mais, peu après le départ, il faut déjà enlever une couche de vêtement, boire un coup… les rayons de soleil sont bien présents. L’immense prairie d’Herbouilly n’est pas encore verdoyante mais les crocus en nombre pointent sous le soleil. Une petite collation à l’orée de la forêt et le retour s’effectue au centre pour le déjeuner.
Comme d’habitude, ces deux journées sont passées très vite, même trop vite. Il faut déjà penser au retour dans les établissements respectifs.
A la prochaine, bien sûr et le plus vite possible !
Une pensée sincère pour notre ami Patrick, fidèle éducateur, qui n’a pu cette fois participer à ce moment de bonheur. Courage Patrick !

Notre Bureau prend de la hauteur !

Articles > Actualités   10-03-2017

Après la fructueuse assemblée générale en février dernier au Clos d’Or, le Bureau de notre association avait besoin de se réunir pour concrétiser les orientations qui y ont été prises. Pour faire d’« une pierre, deux coups », il a choisi ce mercredi 8 mars 2017, le Centre de la Matrassière à St Julien en Vercors, base logistique de la prochaine « nuit en refuge hivernale » qui aura lieu les 28 et 29 mars prochains.
En même temps, un groupe d’enfants handicapés des Nivéoles encadré par leur éducateur Jean-Jacques, a profité de cette opportunité pour une reconnaissance des lieux d’hébergement (dortoirs,…) et une petite balade tout récemment enneigée autour du Centre et St JULIEN.
Pour la première fois, le Bureau de la SDSM accueillait les « petits derniers » nouvellement élus : Françoise (et Jean-Paul) notre charmante trésorière et Daniel notre nouveau « webmester »qui ont sans difficulté intégré la bonne marche de notre association avec des idées neuves intéressantes comme celle d’une nouvelle gestion comptable ou la réalisation d’un projet existant de film sur la SDSM mettant prioritairement en avant les enfants handicapés.
Cette année 2017 s’annonce donc sous les meilleurs auspices !

L'agenda

24-06-2017 : Rassemblement Félix Germain
01-07-2017 : Rando extra : ANNULE
26-09-2017 : nuit en refuge estivale
11-10-2017 : accrobranche
18-10-2017 : Sortie spéléo

Le bulletin

Recevez par email les dernières nouvelles en vous inscrivant au bulletin d'information !

Les dernières photos

Le forum

31-03-2017 : saint julien vercors (0)
19-02-2017 : AGO 2016 (0)
25-05-2016 : randonnée pour tous (0)
25-05-2016 : nouveau système de brancard... (0)