La « marche indienne » dans la Grotte Roche

Articles > Actualités   26-06-2018

Comme pour gommer la frustration générée par l’annulation de la rando « Malamille »,

suite aux mauvaises conditions atmosphériques, une excellente météo règne en ce 20 juin au RV dans les « Gorges de la Bourne » pour la sortie spéléo de l’année.
Huit enfants des IME de Voiron et Voreppe, 2 éducs, 4 SDSM et un renfort CRS Alpes composent le « cru 2018 ».
La journée commence par l’équipement des enfants, opération un peu fastidieuse mais indispensable pour la sécurité et le bien-être des enfants. Heureusement, Philippe, notre fidèle « Moniteur spéléo » dispose de combinaisons, casques, culottes… en grand nombre et de toutes tailles y compris pour les adultes.
Malgré le pique-nique vite avalé, il est déjà tard et Philippe abandonne sagement le projet découverte de la « F4 » initialement prévu pour un plan B, la « grotte Roche », certes visitée les années précédentes mais pas par les mêmes enfants.
Les dernières recommandations, quelques mots d’encouragement, et le groupe s’enfonce dans la grotte. Dans ce cheminement varié, nos « apprentis spéléo » progressent souvent debout, parfois accroupis, rarement à plat ventre mais toujours volontaires … et de bonne humeur!
Le secteur de la cascade franchi,
il faut maintenant passer dans une faille inclinée.. Philippe démontre comment s’y prendre au mieux par la technique dite de « la marche indienne » ! Ensuite le groupe arrive dans une vaste grotte avec des concrétions qui marque la fin de la progression de ce jour.
Petit rassemblement du groupe, frontales éteintes pour écouter le silence puis demi-tour !
Passage de la « boîte à lettres » et déjà la lueur de la sortie apparait au loin. Les derniers commentaires de Philippe sur la géologie du coin.. et revoilà le groupe à l’air libre.
Tout le monde est ravi de ce moment de découverte extraordinaire que les enfants concrétisent par des applaudissements touchants à l’égard de Philippe ! Mais n’est-ce pas eux qu’il faut remercier et féliciter ?
Déséquipement, derniers saluts ou sourires et tout ce petit monde se retrouve dans les véhicules pour rejoindre à temps leurs IME.
RM

Lire l'article du Dauphiné Libéré ici

St Pierre / SDSM : une fidèle amitié !

Articles > Actualités   01-06-2018

Une rencontre sympathique et informelle s’est déroulée

à Voiron le jeudi 31 mai 2018.
En effet, le bureau de la SDSM a invité l'incontournable Marcel PIN, célèbre employé des remontées mécaniques de Saint Pierre de Chartreuse et Jean-Claude GINIES plus connu sous le pseudo "Bill".
Vieux de 30 / 40 ans, les souvenirs épiques et croustillants de la Scia sont agréablement remontés à la surface. Epoque désormais lointaine mais encore bien présente dans la mémoire de ceux qui l'ont vécue. Les convives n'ont pas oublié ceux qui ont contribué à son histoire : Jean, Jacques, Gérard, Maurice... désormais disparus.
Ces agapes conviviales se sont terminées par quelques chants du "terroir" dont le célèbre "Cheveu blond"..
Rendez-vous a été pris à l'automne à St Pierre pour tenter d'écrire les plus drôles anecdotes avant qu'elles ne s’envolent.

Sur la photo les protagonistes autour d’une bonne table

Sur les traces de Martin FOURCADE !

Articles > Actualités   03-05-2018

Pas de neige, pas de skis de fond... mais une température bien « frisquette » pour cette découverte du biathlon avec tir fictif à la carabine au rayon laser…

Pas de neige, pas de skis de fond... mais une température bien « frisquette » pour cette découverte du biathlon avec tir fictif à la carabine au rayon laser…
Quelques-uns ont bien entendu parlé de cette nouvelle activité mais très peu l’ont effectivement expérimentée. C’est donc une « première » !
Qui mieux que Jean-Marc ( et son camarade Cyril) , moniteur de ski de fond- option biathlon , s’il vous plaît, pour animer la séance.. D’abord quelques mots sur la carabine, comment la charger, l’armer, prendre la ligne de tir.
Puis l’application,
dans un premier temps couché, à plat ventre ; la cible s’allume, c’est gagné ! on passe à la suivante ! elle reste éteinte, c’est loupé ! On recommence !
En concurrence implicite avec le copain de la cible d’à côté, cette recherche du « meilleur résultat » oblige l’enfant à une attention soutenue, une maîtrise de soi autre que celle nécessaire, par exemple, pour le franchissement plus « physique » d’un segment d’accrobranche ou de via ferrate.
On adopte ensuite à la position debout. Le principe est le même mais l’application plus compliquée. Ça tremble plus ! d’autant que les copains derrière ne sont pas à court de commentaires quelque peu ironiques pour déconcentrer le tireur.
Puis vient le tour du petit parcours improvisé à proximité où le tireur est en mouvement. Plus difficile, mais les gamins se prennent au jeu et se régalent. Quelques adultes se risquent à leur tour avec des résultats « variables ». Martin Fourcade, peut dormir sur ses 2 oreilles !
Pendant qu’un groupe tire, un autre randonne dans le secteur avec échange de bons procédés l’après –midi. La coupure de midi permet à tous petits et grands de se rassembler et se restaurer. Il en est grand besoin car la fraîcheur ambiante ouvre les appétits et il est bien opportun
de reprendre des calories.
Cette température presque hivernale accentuée par une petite bise est le seul bémol notoire de cette journée « découverte biathlon » à refaire sans modération, mais cette fois si possible avec le soleil… !
Effectif (pour mémoire) : 27 enfants + 6 éducs + 9 SDSM

RM

Lire l'article du Dauphiné Libéré ici

Retour aux sources !

Articles > Actualités   11-04-2018

Depuis un an déjà, le « Siège Social » de la SDSM a traversé avec la Maison de la Montagne

la rue Raoul Blanchard pour s’installer juste en face dans l’Office de Tourisme au 14 rue de la République, retrouvant au sein de cet établissement une place « administrative » qui était la sienne il y a plus de 100 ans.. En guise de remerciements de cet accueil gracieux, la SDSM a tenu à remettre quelques ouvrages des JO de GRENOBLE trouvés dans la documentation de Félix GERMAIN.
Aussitôt, Sandrine, la charmante « responsable des boutiques »de l’Office ,
les a soigneusement présentés dans une vitrine réservée à l’exposition d’ouvrages historiques de GRENOBLE. Ils sont dans de bonnes mains… !
RM

Légende des photos :
- le « 1 rue Félix Poulat », jadis « Syndicat d’Initiative », premier siège social de la SDSM, maintenant à usage commercial…avant la Maison de la Montagne au 3 rue Raoul Blanchard.
- Raymond MOLLARET remet symboliquement les ouvrages JO de GRENOBLE à Sandrine BARRUEL de l’ « Office de Tourisme », récent siège social actuel de la SDSM.
copie de la lettre adressée à l'Office de tourisme ici

60 ans du PGHM

Articles > Actualités   18-02-2018

Une œuvre de Joseph Canova basée sur le drame Vincendon et Henry célèbre la création du PGHM. L'inauguration a eu lieu le 5 février.

Lire l'article du Dauphiné Libéré ici

voir Essor - article de A. Veyret

Camp de ski sifpro Autrans 2018

Articles > Actualités   09-02-2018

S’il est une chance d’habiter notre région elle ne peut pas s’évoquer sans parler des nombreux massifs qui nous entourent.
Parmi eux le Vercors nous accueille depuis de nombreuses années sur ses pistes de skis.
Notre séjour

a pris ses marques traditionnellement à l’Escandille centre de vacances des plus accueillant du 22 au 26 janvier.
Le stade de neige est à quelques minutes de la résidence. En dehors de périodes de vacances ; il est très appréciable
tant par son domaine et son exposition, que par son coté encore boisé et sauvage et la qualité des professionnels de proximité qui ont une infaillible bienveillance auprès de notre public.
Tout était réuni pourrait on souligner pour un séjour de qualité : La confiance de nos directions et des parents, le sérieux et la reconnaissance de nos jeunes, l’aide précieuse et l’accompagnement technique par des bénévoles parents et adhérents de la SDSM tous aguerris aux sports de montagne , la haute qualité des professionnels encadrant en nombre suffisant et surtout une ambiance fraternelle et joviale distillée par tout un chacun !!
Et si l’enneigement ne souffrait d’aucun déficit, les degrés en dessous de zéro étaient bien présents eux aussi en première partie de matinée ! Phénomène habituel, il nécessite cependant de la prudence et de la technicité sur les skis et particulièrement pour les pilotes de ski fauteuil !
Ces séjours en montagne s’ils respectent comme nous le faisons avec rigueur et minutie leur dangers ; offrent encore un espace
de « liberté » dont les jeunes peuvent se saisir en toute sérénité.
C’est une occasion de plus pour eux de grandir en sécurité mais sans être soustraits à la prise de risque maitrisée tout en se construisant citoyen respectueux de son environnement humain et géographique.
N’oublions donc pas de penser à ceux qui n’ont pas la chance de ces aventures et à remercier tous ceux qui les rendent possibles !!!
A l’année prochaine !

Jean yves Pillet
Moniteur EPS IME Ginkgobiloba

Souvenirs de 2 olympiades ! Bernard y était !

Articles > Actualités   18-01-2018

2018 va marquer le 50ème anniversaire des JO de GRENOBLE. Certains d’entre nous se souviennent de cet évènement mondial avec la venue du Général de Gaule en personne prononçant la célèbre formule, « Je déclare l'ouverture des Jeux Olympique de GRENOBLE » avec l’accent inoubliable qui le caractérisait.
Les images en « noir et blanc » occupent parfois nos écrans : Le Général, la gare SNCF, le village olympique, l’autoroute,.. et sur les pistes, l’avènement du ski de fond à AUTRANS, les sauteurs à ski du tremplin de St NIZIER et surtout les trois victoires de Jean-Claude KILLY à CHAMROUSSE, faisant de lui une légende du sport français ! … !

Pour assurer la sécurité, il y avait déjà des CRS et Gendarmes !
Bernard, un des rares CRS encore de ce monde qui a vécu cet évènement raconte :
« En 1967, il y eut d’abord les préolympiques avec une démonstration de secours du premier étage de la Tour Effel sous l’égide de M. MISSOF, alors Ministre de l’Intérieur. Nous avions installé un téléphérique et fait une descente en rappel. Je me rappelle de quelques collègues : B/C NEVEUX, Bg BELLET, GIRAUD Jean-Paul, GOEPEL Denis, MARION, ANTOINE- MILHOMM, BAILLUS Christian E
Une réception s’ensuivit avec présentation de produits régionaux.
Au mois de février 1968, avant la compétition, gendarmes en tenue d’été et CRS en tenue d’hiver accueillaient les notables de tous horizons, le Préfet VERGER étant le grand ordonnateur de ces réceptions.
Sous les ordres du Cne DURAUD et du Lt GIRARDIN, et le logo mascotte du petit « schuss », tous les effectifs de GRENOBLE (45..) furent affectés à la sécurité des disciplines alpines, hommes et femmes, à CHAMROUSSE. Au préalable, nous nous étions joints aux militaires du 6ème BCA pour damer à pieds les passages les plus pentus de la descente Homme et Femmes. Les dameuses géraient le reste de la piste.
Nous étions logés précairement dans les garages de l’altiport sur des « lits Picot » avec comme consigne : ne pas tomber malade ! Consigne respectée puisqu’aucune défection ne fût à déplorer même si personnellement atteint d’un flegmon aux amygdales, un médecin du 6ème BCA me mit aux antibiotiques pendant 2 jours.
Je fis équipe avec Yves MAILLARD à la « compression », juste avant le schuss final. Une jeune femme bénévole médecin à PAU était en poste avec nous, pour l’occasion. La pauvre a beaucoup souffert du froid. Alors, avec Yves, nous lui avons construit un igloo pour qu’elle se protège un peu. Un militaire passait régulièrement pour nous proposer une boisson chaude particulièrement appréciée. Après le « service » nous mangions au réfectoire de l’altiport.
Nous étions habillés du fuseau, d’un pull écussonné et d’un anorak et de poste radio assez lourd..
L’américain BILLY KID fût le seul blessé à cet endroit…. Blessé à l’épaule, il put redescendre par ses propres moyens.
Cette descente « homme » partait de la Croix de CHAMROU SSE jusqu’au pied de Casserousse. Elle était très technique. KILLY la gagna devant un autre Français, Guy PERILLAT et un Suisse DATWYLER.
Le jour du « slalom spécial », un brouillard tenace allait faire naître une polémique. Karl SHRANZ donné vainqueur dans un premier temps fût déclassé pour avoir raté une porte au profit de KILLY remportant ainsi sa troisième médaille d’or, ce qui le fit rentrer dans la légende de ce sport. Ce jour-là, j’évacuais par le traineau « sylvan » le Finlandais MANINEN qui se fracturait la jambe.
Le bilan pour nos formations fut positif ! Dix ans après notre création officielle, nous participions à un service
d’envergure. Nous avions pour l’occasion quitté le béret de Chasseurs Alpins pour la casquette et profité d’obtenir des tenues plus en rapport avec notre spécialité.
Les JO d’ALBERTVILLE en 1992 fût autre chose notamment dans sa dimension sportive et médiatique. Une soixantaine de CRS montagnards de la CRS Alpes et des autres sections montagne, le tout commandé notamment par le Commissaire GRAND et le Commandant MOLLARET, était chargé de la sécurité (pas du secours…) du secteur phare du ski alpin : celui de VAL d’ISERE et son impressionnante descente de « la Face de Bellevarde » que beaucoup appréhendaient par sa raideur, et pas seulement les coureurs ! En effet pour l’avoir descendu cent fois, nous en connaissions le profil et pour la circonstance, elle avait été « bétonnée » au point que nombre d’entre nous avaient prévu les crampons pour si besoin la traverser... En fait, elle présentait l’avantage rare d’être visible quasiment du haut en bas par un public avide de grand spectacle.
Ce jour-là, il neigeait le matin mais la météo annonçait quand même une fenêtre de ciel bleu suivie par les ingénieurs les plus pointus du moment. Tout le monde était suspendu à son cheminement sur les Alpes jusqu’au moment du départ où elle inonda comme par miracle l’épreuve reine de ces Jeux Olympiques. Les magnifiques images de soleil de la Face pouvaient alors traverser le monde en direct juste le temps de la compétition qui bénéficia alors des meilleures conditions. Ces circonstances magiques effaceront en partie l’exploit sportif du sculptural autrichien ORTLIEB devançant de peu notre compatriote Franck PICCARD…
Du coup, les autres disciplines alpines épargnées par cette « pression » météorologique deviendront presque anecdotiques mis à part dans la raquette d’arrivée les frasques bruyantes mais sympathiques du fan’s club d’Alberto TOMBA, alias « la Bomba », transalpin qui régnait alors en maître entre les piquets de slaloms.
Nous logions tous, sur place, confortablement installés à l’hôtel MORICE * tenu par des Anglais, réservé à nos effectifs qui avaient bénéficié pour la circonstance d’une tenue bleu ciel ski alpin et randonnée resplendissante et d’un
équipement de ski/chaussures au « top » que beaucoup d’autres corps nous enviaient.
Aucun incident ni accident notoire dans notre secteur n’est venu entacher la réussite de cette mission. Il a aussi fallu avoir un peu de réussite quand je repense à la masse de gens, pas tous montagnards ni vraiment équipés qui se sont agglutinés tout au long des filets de cette piste mythique. Un miracle qu’ils soient tous redescendus sans encombre. Quel soulagement pour nous !
Je mesure mieux maintenant la chance que j’ai eue de participer à ces évènements internationaux exceptionnels positionnés en début et fin de ma carrière montagnarde. Pour vivre une troisième fois ces moments forts en intensité, je me porterais bien volontaire pour les suivants, mais en aurai-je seulement le temps ?

Bernard HASTEY / Raymond MOLLARET

Renvoi : le CNEAS avait déjà quitté le cantonnement de la Daille
Pièce jointe : l’article de Raymond MOLLARET figurant sur la plaquette de la CRS des Alpes de 1993.

Parménie ! une vraie bonne adresse !

Articles > Actualités   14-01-2018

Très satisfaite d’une récente « nuit en refuge » passée avec les enfants handicapés dans ces hauts lieux chargés d’histoire, la SDSM a souhaité y retourner cette fois pour ses Assemblées Générales. En effet, pour respecter le formalisme administratif, la Maison de la Montagne venant de s’installer dans l’Office de Tourisme au 14 rue de la République,

il fallait passer ce changement d’adresse postale de notre « Siège Social » en Assemblée Générale Extraordinaire, disposition statutaire votée à l’unanimité en moins de trois minutes.
Par contre, plus de temps a été consacré à l’AG ordinaire pour commenter les actions menées en 2017 et surtout pour présenter le programme 2018. Pour les activités avec les enfants, en fait peu de changement, ni dans le rythme, ni dans la nature des activités proposées si ce n’est qu’une seule « nuit en refuge » sera organisée cette année. La randonnée IMEP / IME à Malamille (Chartreuse) sera complétée par la présence de 5 adultes handicapés.
L’association CHAM, amie de la SDSM, est également invitée comme « observatrice » à cette rando qui quelque part peut être présentée comme une « fête du handicap en montagne ». Espérons pour sa réussite une bonne météo !
Le traditionnel « rassemblement » en souvenir des anciens sauveteurs sera organisé le 1er juin 18 à Villard d’Arène, 70ans après un des secours mythiques au Pavé réalisé par les bénévoles briançonnais et grenoblois pour le sauvetage réussi de LAMBERT et PIEGAY.
Cette AGO a surtout été marquée par la présentation surprise d’un film consacré principalement aux activités proposées aux enfants handicapés. Ce film de 22 minutes a été particulièrement apprécié et très applaudi par la trentaine de membres présents. Un bel outil de communication !
Un petit clin d’œil reconnaissant a été porté à l’attention de Jean-Pierre et de Philippe pour leur implication constante dans les activités spécifiques « ski-fauteuil » et « spéléologie ». Ils ont été récompensés par la Médaille d’Argent de la SDSM !
Enfin, pour remplacer « notre Jeannot » décédé en cours d’année, Marc a été élu à l’unanimité au Conseil d’Administration.
Après la photo de groupe, tout ce beau monde s’est retrouvé au restaurant du centre, installé symboliquement à la même table. Autre moment sympathique
à l’occasion du dessert où le traditionnel du « tirage des rois » fût respecté. Micheline, la reine du jour et Maurice, le Roi tombèrent un moment dans les bras l’un de l’autre, juste le temps d’une photo souvenir.
Bref, une journée bien sympathique à Parménie où la qualité de l’accueil et du service a largement contribué à sa réussite et encourage à revenir le plus souvent possible. Une vraie bonne adresse ! Seul le soleil n’était pas au rendez- vous mais il rayonnait partout à l’intérieur !
Bonne année à la SDSM , à … Parménie ! et au revoir !
RM
Lire l'article du Dauphiné Libéré ici

L'agenda

20-06-2018 : Spéléo
25-09-2018 : Nuit en refuge
26-09-2018 : Nuit en refuge
17-10-2018 : Accrobranche

Actualités

Vidéo de présentation de la SDSM38 : Voir !

Le bulletin

Recevez par email les dernières nouvelles en vous inscrivant au bulletin d'information !

Les dernières photos

Le forum

24-12-2017 : carte de voeux (0)
31-08-2017 : valse ski fauteuil (0)
05-07-2017 : un peu d'histoire (0)
31-03-2017 : saint julien vercors (0)
19-02-2017 : AGO 2016 (0)