Rien ne prédispose ce parisien né en 1926 à Bourg la Reine dans les hauts de Seine à fréquenter les galeries sous-terraines autres que celles du métro ! C'est pourtant dans ce milieu moins fréquenté que Jean assouvit sa passion sportive.
Fils unique d'un milieu modeste, son papa était chauffeur livreur, Jean est un autodidacte. Après des études primaires, dès son arrivée à GRENOBLE en 1948, alors qu'il est dessinateur dans une entreprise de chauffage-sanitaire, il poursuit ses études le soir et les week-end à la Promotion Supérieure du Travail pour assurer plus tard les fonctions d'ingénieur-conseil au Cabinet Martin à GRENOBLE.

En 1946, Il effectue son Service Militaire au "99" de Bourg St Maurice ou il découvre la Montagne puis se porte volontaire pour l'EHM (devenue EMHM) à CHAMONIX.
En 1948, à la Toussaint, au cours d'une soirée au restaurant, Marius GONTARD, un copain, lui demande : "Tas déjà fait de la spéléo ? Ça t'intéresse ?" Il se retrouve peu de temps après à – 338 m au fond du gouffre "Biolet" au dessus du cirque de ST-Même ou il reste 39 heures sous-terre pour une première sortie !
Il se marie en 1951 avec Abelle et devient papa de 3 garçons : Jean-Pierre, Daniel et Michel. Sa sympathique épouse l'accompagne souvent dans ses expéditions au point que certains lieux portent son prénom comme la "cascade Abelle" au gouffre Berger.
Avec PETIT-DIDIER, CHEVALIER, GONTARD, MICHALLET il explore la plupart des " trous de la Chartreuse, des Pyrénées (La Pierre St Martin), du Vercors, notamment dans les "Cuves de Sassenage". En s'enfonçant au plus loin dans ces dernières, la progression est stoppée par un "siphon". Curieux, les aventuriers veulent en découvrir l'autre côté. De là, les spéléos prospectent sur le Plateau de la Molière et découvrent en 1953 la cavité qui y conduit et qui porte désormais le nom du spéléo qui l'a repérée : le gouffre BERGER. Notre ami Jean fait évidemment partie de cette première expédition à – 700m !
Son premier contact avec le secours se déroule à la "Librairie des Alpes" ou il rencontre incidemment Mme GERMAIN qui l'encourage à envoyer un CV à Jules CHARAMATHIEU. Il s'en suit ce qu'on imagine c'est à dire un long parcours avec les équipes d'intervention de la SDSM. Il obtient rapidement l'Insigne du Secours en Montagne (n° 22) pour des opérations surtout en.. Spéléologie !
Depuis la "renaissance" de la S.D.S.M., il est de toutes les réunions et des principales sorties avec les enfants ou il apporte volontiers son orgue de barbarie et n'hésite pas, avec son chapeau, à tourner la manivelle. Chaleureux, positif, Jean est de "bonne compagnie" avec toujours le "bon mot" qui n'engendre pas la mélancolie. Venez vers lui et n'hésitez pas à lui demander de vous ouvrir les portes de son chalet niché dans les hauteurs de ST MARTIN le VINOUX qu'il habite depuis 1957. Il y possède une collection impressionnante de cristaux et autres ossements d'ours (cranes, tibias, vertèbres, dents) découverts au fond des grottes aux cours de ses expéditions.
Ses pièces les plus rares sont des "perles de cavernes" ! Qu'est-ce que c'est ? Demandez-lui !
Prenez bien le temps car Jean est intarissable d'anecdotes toutes aussi croustillantes les unes que les autres !