Nous connaissons de mieux en mieux Bernard ADOURIAN, Guide de Haute Montagne, Moniteur National de ski, souvent avec nous dans les activités diverses avec les enfants qui apprécient sa maâtrise rassurante des circonstances et son état d'esprit tourné vers les autres.
Mais nous avons découvert une autre facette de son talent lors de la dernière "nuitée en refuge" au Désert d'Entremont ou il s'est révélé un excellent "D.J." mettant le feu sur la piste de danse improvisée du gâte des Trolles. Pour Bernard, aucun secret des derniers tubes de l'été. Un seul coup d'Å“il sur la pochette du CD, une introduction rapide dans le lecteur et c'est parti pour quelques minutes de disco. Les gamins sont plus que ravis, les adultes aussi.
Chacun y va dans son style plus ou moins improvisé. Tout le monde est sur la piste, même en fauteuil, pour partager cette euphorie collective tandis que Bernard prépare déjà le disque à venir.
Malgré les efforts consentis dans la journée pour la rando, il en reste encore sous la semelle ! Les rythmes endiablés semblent gommer la fatigue et se succèdent jusque tard dans la soirée.
Fort de cet enseignement, lors de nos prochaines programmations, nous devrons prévoir maintenant des lieux permettant cette "activité" tellement le bonheur des enfants nous a fait plaisir à voir. Nous savons déjà que Bernard en sera le principal animateur !

Dans un autre registre, dans d'autres lieux plus feutrés, l'autre Bernard, Bernard HASTEY, tout autant "montagnard", se spécialise dans son rôle de joueur d'Orgue de Barbarie* soit avec les enfants polyhandicapés, soit au moment de Noël soit encore dans les Maisons pour personnes âgées ou il anime avec brio les fêtes des Mamies et Papis qui retrouvent des airs qu'ils ont tant entendus dans leur jeunesse. Du "Ah ! Le petit vin blanc" à "Etoile des neiges" en passant par "Voulez-vous danser Grand – Mère ?",
Bernard tourne inlassablement la manivelle, déroule ses partitions cartonnées et chante sans complexe les paroles qu'il connaât par cÅ“ur. Les têtes blanches quittent leurs pensées et commencent à fredonner les airs bientôt rejointes par celles qui intriguées par la musique descendent des étages pour ne pas manquer l'événement ; la musique se répand comme une traânée de poudre dans les couloirs. C'est la fête dans l'établissement !
Les "séniors" en redemandent : bis ! bis !! Et Bernard évidemment s'y recolle, sans se faire trop prier. Le personnel soignant est maintenant là, le Directeur aussi qui se demande bien les raisons d'un tel succès et se préoccupe déjà de programmer une prochaine séance.

Que nos deux Bernard continuent longtemps leur rôle d'animateurs de la SDSM, de "saltimbanques", l'un des temps modernes, l'autre plus traditionnel, chacun dans son répertoire, dans ce qu'il sait faire. Nous sommes heureux de les suivre sur ce chemin de la bonne humeur. Ils sont des "pourvoyeurs de bonheur", des "colporteurs de gaâté" pour ces personnes affaiblies par le handicap ou par l'âge et qui ont tant besoin de divertissement pour avancer dans la vie ou rompre ne serait-ce qu'un moment avec la solitude.

• Cet orgue de barbarie appartient à Jean LAVIGNE, notre sympathique spéléo. et homme-orchestre. Jean prête volontiers cet instrument fragile et en totale confiance à Bernard. Il sait qu'il en fait le meilleur usage et qu'il le manipule avec d'infinies précautions.