C'est avec grand plaisir que nous venons de lui rendre visite.
Henry est toujours aussi affable, accueillant, nous pouvons dire "égal à lui-même". Certes des problèmes de vue et d'équilibre font qu'il doit limiter ses déplacements mais nous ne désespérons pas de le voir participer prochainement à une de nos activités, lui qui a joué un rôle déterminant au moment de la renaissance de la S.D.S.M.
En effet, avec ses compagnons "vétérans", il a immédiatement adhéré au projet. Depuis 1997, tant qu'il peut, il est de toutes les réunions pour que la S.D.S.M. poursuive d'une autre façon sa mission d'assistance à personnes en difficulté. Connaissant la Montagne, le milieu associatif, il est toujours de bons conseils qu'il partage avec sagesse.

Il n'a pas oublié ses escalades de printemps au "Néron" ("..qu'on approchait en tram jusqu'à Pique Pierre..", se souvient-t-il), aux "Trois Pucelles", au Mont Aiguille avant la haute montagne estivale en Oisans. Repéré pour son dévouement et ses qualités de montagnard, il a vite rejoint les rangs de la S.D.S.M.
Ayant toute sa tête, il plonge encore avec pertinence dans sa mémoire pour transmettre toutes ces informations, petites et grandes, qui font la richesse de notre association. Il reste un des rares à avoir connu cette époque épique des rassemblements de sauveteurs bénévoles au Syndicat d'Initiative et notamment participé aux secours légendaires des 2 "Obiou", des "Mines de l'Herpie", etc.
Quel parcours auquel nous associons volontiers son épouse Yvette, sa fille Elisabeth et petite–fille Astrid !
Mais il est temps de laisser la place à son Ami et compagnon René GLENAT, ex Président de la S.D.S.M., récemment disparu. Nul ne put mieux que René dresser le portrait de notre "Vice-doyen" Henry que nous assurons de notre entière reconnaissance.

"..Henri DUMAS est né en 1918, de père dauphinois, à Crest cité drômoise colorée dont, par sa mère, une partie de sa famille est issue.
Origine prémonitoire que cette terre de contraste et de liaison du Dauphiné profond depuis les sommets préalpins jusqu'à la riche vallée du Rhône et les Baronnies provençales. Terre d'indépendance et de liberté induites, restée attachée aux valeurs séculaires de nos Alpes, solidarité et générosité entre autres, dont fit preuve Henry Dumas au cours d'une longue existence, exemplaire sous bien des aspects.
Après des études secondaires dont l'enchaânement fut ensuite fortement perturbé par la grande guerre 39/45 comme plusieurs générations de cette époque, l'essentiel de sa carrière professionnelle se situe entre 1950 et 1979 au sein des établissements Merlin Gerin, entreprise pilote au niveau régional, de renommée internationale.
Henry Dumas y exerça les fonctions d'enseignant scientifique puis d'organisateur et gestionnaire des stages de perfectionnement, maâtrise et cadres, du Centre de Formation et de Perfectionnement de l'établissement, cellule qui mit en relief ses capacités pédagogiques ainsi que son sens des responsabilités et de l'organisation.
Tout enseignant véritable comme le fut l'intéressé, c'est-à-dire par vocation, ne cesse jamais en dehors des heures de présence devant ses élèves, d'appréhender, parfois de créer la connaissance dont il va assurer l'incontournable et précieuse transmission aux générations montantes. Il s'agit certes d'un métier mais associé à un large bénévolat. Ce qui explique qu'il fut plus tard choisi comme soutien scolaire par le ministère de la Justice (P.J.J.).
Sur le plan militaire, sa volonté de servir apparaât dés l'obtention du brevet de Préparation Militaire Supérieure ce qui lui permit d'effectuer en qualité d'aspirant la campagne de guerre 39 / 45. Démobilisé en 1941 avec le grade de lieutenant de réserve, il accepta pendant plusieurs années de sa réserve active, d'être instructeur des élèves ingénieurs préparant leur brevet de PMS.
Les activités précédentes lui valurent plusieurs distinctions telles que les Palmes Académiques et des Témoignages officiels de Satisfaction.
Par ailleurs, la culture d'Henry Dumas, ses qualités personnelles, sa disponibilité lui ont permis d'apporter une contribution significative aux activités sportives et artistiques régionales.
Montagnard motivé, progressivement aguerri sur l'alpe, il fut membre actif de plusieurs sociétés alpines historiques grenobloise : C.A.F., S.T.D., G.D.A., Jarrets d'Acier. Mais pour lui-même et ses compagnons d'entreprise, celle qui compta le plus fut Merger-Montagne dont il fut cofondateur en 1963 et ou il exerça diverses fonctions.
Avec 850 adhérents et la qualité de son activité, Merger-Montagne devint rapidement la seconde société alpine locale et nationale après le C.A.F.
Ces diverses prestations montagne justifient qu'il ait été proposé et retenu dans l'association restreinte des secouristes en montagne, la Société Dauphinoise de Secours en Montagne (S.D.S.M.). Il a d'ailleurs suivi une formation spécialisée à l'Ecole des Praz de Chamonix en 1949. Plusieurs sauvetages importants lui valurent l'attribution de l'insigne fédéral national.
Disposant enfin d'une autre "corde à son violon d'Ingres", la musique, Henry Dumas jouant lui-même de plusieurs instruments fut l'un des membres les plus actifs et très apprécié du Cercle Choral Montagnard, dont il assuma d'ailleurs la présidence de 1952 à 1965.
Lorsqu'enfin, en 2002, un "dernier carré de braves", vétérans de la S.D.S.M. la renaissance de leur société avec d'autres statuts et d'autres objectifs tels que l'assistance par la pratique de la montagne à de jeunes handicapés, notre compagnon qui avait cependant largement atteint le niveau de la retraite, y participa activement en acceptant notamment les fonctions majeurs de Secrétaire Général, qu'il assume avec beaucoup de discrétion et d'efficience. "