Par Bernard HASTEY
Le soleil nous a boudés à plusieurs reprises pour l'activité accrobranche, nous obligeant à la reporter l'an prochain. Alors allait'il en être autrement pour cette randonnée avec nuit en refuge, programmée ces 24 et 25 septembre dans cette vallée haut-alpine, non loin des lieux du tragique accident d'hélicoptère en opération de secours, coûtant la vie à 3 compagnons, il y a cinquante ans ?
Fort heureusement, deux journées lumineuses sont annoncées et un beau soleil d'automne accueille, en fin de matinée, les 55 participants (34 enfants, 11 éducateurs et 10 SDSM) à Villar d'Arène, typique village montagnard haut-alpin qui a reçu en juillet dernier notre "rassemblement annuel".
Après un solide pique-nique au "pied du Col" (alt. 1670 m), tout ce petit monde s'organise ; vérification des équipements, répartition des charges, laçage des chaussures, derniers encouragements, etc.
Les ultimes préparatifs résolus, Pierre donne le signal du départ. L'attention de la SDSM se porte surtout sur l'installation de Sania dans sa joëlette . Nous connaissons cette jeune fille pour l'avoir emmenée l'an dernier au Col du Mollard en Chartreuse. Mais là, le sentier moins roulant rend l'exercice plus délicat.
Il faut les efforts conjugués de tous les adultes pour hisser les 85 kilos de la jeune fille notamment lors du passage d'un torrent déséquipé de sa passerelle le matin même par les Gardes du Parc en prévision de l'hiver. Il convient alors de disposer des pierres plates pour faciliter le passage à gué.
Quelle belle image de voir ces adultes (éducateurs et SDSM) attelés au brancard de cette jeune fille paraplégique !
Une fois le "verrou" franchi, le refuge est en vue dans cette large vallée entourée de hautes montagnes déjà blanchies par les premières neiges.
L'arrivée au refuge (alt. 2077 m) est la bienvenue pour tous. Les gardiens nous accueillent chaleureusement.
Une fois l'installation effectuée, tout le monde se retrouve au moment très attendu du dâner. En cette période de l'année désertée par les randonneurs, le refuge est tout à nous ! Le réfectoire annonce complet pour un menu roboratif : soupe de légumes bien chaude, chili con carné si savoureux qu'il n'est rien resté.
La nuit est complètement tombée plongeant la vallée dans une obscurité totale mais le ciel étoilé présage d'un lendemain idyllique. Une à une les lumières du refuge s'éteignent, tout le monde est au lit pour un sommeil réparateur.

Le réveil sonne à 7h00. Le jour se lève juste. Le premier réflexe est d'ouvrir les volets : effectivement, une magnifique journée ensoleillée sans un souffle de vent se profile. Alors, vers 9h00, après un solide "p'tit déj", la caravane s'ébranle. La progression est rude pour les gamins heureusement distraits par les batifolades incessantes de marmottes peu farouches se donnant à cÅ“ur joie en spectacle avant leur longue période d'hibernation. Les encouragements des adultes et la volonté des gamins font que la plupart d'entre eux montent jusqu'au Lac d'Arsine (alt. 2455 m), au pied du glacier, quelques uns s'arrêtent juste en-dessous au col du même nom (alt. 2340 m).


Tout le monde est de nouveau rassemblé au refuge pour le pique-nique de midi et la traditionnelle photo de groupe avant de redescendre à Villar d'Arène ou nous arrivons vers 15h45 sans le moindre incident. Un dernier coup d'Å“il à cette vallée de la Romanche qui s'enfonce dans la montagne et que l'ombre du massif de la Meije ne va pas tarder à gagner. Les jours diminuent déjà... !
La route est encore longue pour rejoindre les I.M.E. Alors, il faut se quitter, évidemment à regrets. On se congratule en se disant à la prochaine fois. L'attention des éducateurs, la disponibilité des gardiens du refuge, les conditions météorologiques ont largement contribuées à la totale réussite de cette "nuit en refuge" version 2013.

Pendant ces deux jours nous avons vu des enfants heureux et ça nous a fait du bien. Nous en oublions même la Montagne sportive et technique que nous avons tellement pratiquée avec ses interminables "bambées" avoisinantes comme la montée à l'Aigle, au Pavé ou Adèle Planchard.

Merci aux gamins de nous faire découvrir une autre Montagne, celle de la générosité, de la solidarité, du bénévolat. Quelle complémentarité !
Alors, oui, bien sûr ! A une prochaine fois !
Cette action "nuit en refuge" est la 4ème du genre.
Rappelons-nous :
- les 21 et 22 septembre 2010 : nuit au refuge de l'Etendart- massif des Grandes Rousses - randonnée au pied du glacier de St Sorlin - 33 enfants
- les 27 et 28 septembre 2011: Tyrolienne " grenouillère ", nuit en refuge Chamrousse - randonnée aux Lacs Roberts - 36 enfants
- les 18 et 19 septembre 2012 : Gâte des Trolles au Désert d'Entremonts - randonnée secteur du Col du Mollard / Gorgeat - 36 enfants

Voir l'article du Dauphiné Libéré