Autrement appelée "grotte de Naves", la "grotte de la Ture" se situe au nord d'AUTRANS. Cette année, Philippe, moniteur spéléo et son complice du même prénom de la C.R.S. des Alpes ont choisi cette cavité pour l'activité spéléo réservée aux enfants handicapés.
L'abri forestier de "Font Scellier" sert de camp de base à cette aventure qui regroupe outre les 2 CRS déjà cités, 8 enfants, 3 éducateurs et 3 SDSM.
Le temps médiocre encourage à s'équiper pour mieux se protéger du brouillard ambiant. Cette phase est un peu fastidieuse car entre les 25 kilos de la "petite Margot" et les 90 de l'"imposant Florian", il y a plusieurs tailles d'écart. Heureusement, Philippe a tout prévu, même pour les "papys" SDSM dont les accoutrements sont un peu dépassés, "...On n'est pas au Musée Dauphinois..", dit-il avec humour !
Tout le monde paré, le moment du casse-croûte préparé par les éducateurs est arrivé. L'ambiance est plus que détendue d'autant que "Frontignan", foie gras, et autres "cuvées de prestige" sont de la partie.

Une petite marche d'approche sur un large chemin plat permet l'accès à la grotte qualifiée de "meilleur piège à air froid". Philippe organise le dispositif et, une fois les frontales allumées le groupe commence la progression : un adulte, un enfant, un adulte, un enfant comme des "piquets de clôture".
Le début se présente sous forme d'une pente descendante inclinée, boueuse et caillouteuse. Un vague sentier aide néanmoins la démarche. Plus bas, la pente s'adoucit jusque la "grande salle" mais des gros blocs glissants ralentissent la progression.
Une halte salutaire permet aux gamins de récupérer puis la progression reprend par une courte escalade ou il faut "renfougner" car le plafond est particulièrement bas. De nouveau des blocs gluants à franchir parfois sur les fesses (c'est plus marrant !) comme sur un toboggan. Plus loin des concrétions sous la voûte (gouttelettes de condensation) et au sol agrémentent le cheminement. De grosses stalagmites portent un nom : celle de "la Tour de Pise" est effectivement très ressemblante !
Nous arrivons à la "salle du Miroir", soit à moins 50 m environ de l'entrée. La grotte s'enfonce encore mais il convient d'en rester là pour cette fois. Frontales éteintes, nous essayons d'écouter le silence de la terre juste troublée par les éternelles "flac, floc, flac " des gouttes d'eau qui tombent ici ou là depuis la nuit des temps.
Une fois prise la photo de groupe, la joyeuse troupe repart en sens inverse. A l'instar de la montagne, la progression montante en spéléo est plus aisée, d'autant que les enfants gagnent en confiance donc en motricité. Certains enfants choisissent même de se faire des challenges en empruntant quelques variantes plus audacieuses. Les appels du type "monsieur, tu peux m'aider ?!" se font plus rares au point que nous arrivons assez vite au moment ou nous apercevons la lumière du jour de la sortie. Un dernier coup de collier et nous voilà parvenus à l'air libre même si le brouillard est toujours présent. Spontanément, les gamins fatigués mais heureux, tapent dans leurs mains pour manifester leur satisfaction.


De retour à l'abri forestier, le "déséquipement" est plus rapide. Une petite collation et tout ce petit monde se retrouve dans les véhicules.
Les éducateurs nous rappellent que les enfants apprécient les activités avec la S.D.S.M. et en redemandent ! Sans être des spécialistes, il nous apparaât clairement qu'en une seule séance de spéléo, les progrès enregistrés chez ces gamins sont probants. L'image la plus symbolique est sans doute celle de Margot, grande comme trois pommes, qui entame la descente littéralement dans les bras de Philippe et qui sort de la grotte du haut de ses 9 ans toute seule, avec un large sourire. Pour nous, c'est bien sûr, la plus belle des récompenses !

Nous donnons rendez-vous à Philippe en 2014, suivant sa disponibilité, pour une nouvelle aventure spéléo dans nos massifs avoisinants. Merci à lui(*) et à tous pour cette journée bien réussie !


(*) Après avoir collationné toutes les tailles et poids des enfants, il est à noter que Philippe fournit gratuitement ses équipements personnels aux enfants. De même pour les adultes. Il en assure également l'entretien comme par exemple leur lavage à l'issue de l'activité. Chapeau !