Né le 11 novembre 1923 dans le Bugey, Pierre Girod s'est retrouvé très tôt à Grenoble avec ses parents.
En mars 1945, il est incorporé au 6ème BCA à Modane. Après l'armistice, il suit son bataillon en Italie et en Autriche.
Une fois libéré de ses obligations militaires, le massif de Belledonne devient, dès 1946, son terrain de prédilection. Il y réalise ses "premières premières". Inscrit à la Société des Alpinistes Dauphinois, il garde de ses débuts en montagne le souci de la sécurité et de l'entraide.
Au sein de la S.D.S.M., il effectue plusieurs secours comme à la face Nord du Dôme de Neige des Ecrins et à l'Obiou, en 1950, pour la récupération des corps des pèlerins canadiens, ou encore à la face Nord Ouest d'Ailefroide. Il participe avec Martial RAVANAT aux premiers exercices de recherche avec l'hélicoptère. En 1950, il effectue son premier stage d'alpinisme à l'E.N.S.A. sous la conduite d'Armand CHARLET et réussit le stage d'Aspi en 1952 ou il termine second. En 1957, il est nommé "Guide de Haute Montagne", major de stage ! Pendant 25 ans, il est inscrit au bureau des Guides du Vénéon et travaille à la préfecture ou il dirige la 3ème section économique.
Pierre Girod épouse en 1960 Marie-Louise FIAT, bonne alpiniste et skieuse ; deux enfants naâtront de cette union.
Dans cette période 52/60, il effectue bon nombre de "premières", principalement dans les faces nord de l'Oisans, dans la plus complète discrétion. Ces copains de cordée sont parmi les meilleurs du moment ; citons entre autres : Serge COUPE, Robert SANDOZ, Roland VIVET, Henri SIGAYRET, Max PUISSANT. Beaucoup de ces itinéraires tracés dans ces années ne seront que très rarement voire jamais repris même encore de nos jours.
La froidure et l'austérité des faces nord, le rocher souvent fragile et changeant freine les velléités des prétendants. Pierre GIROD, rapide dans tous les terrains, ayant un sens particulièrement développé de l'itinéraire, excelle dans ces parois avec une économie de pitons qu'il réserve pour les relais ! En 1959 il participe à une expédition du G.H.M. qui réalisera de très belles et difficiles courses dans le CAUCASE sur des sommets de plus de 5 000 m. L'année suivante il fait partie d'une expédition légère au Népal organisée par la section Lyonnaise du Club Alpin sous l'égide de la F.F.M. L'expédition réalise l'ascension de quatre sommets dont une première dans la partie Est du Népal.
Pierre GIROD précise fort élégamment : "...l'Oisans offrait encore à l'époque quelques retraites cachées et j'y suis entré comme dans une cathédrale. Je n'ai pas écumé les dernières "faces Nord", je les ai cueillies !.." . Bravo l'artiste !

Après cette vie particulièrement active, Pierre Girod est retiré à BIVIERS dans la vallée du Grésivaudan.

NB : Les initiés sont encouragés à consulter la documentation jointe pour voir la liste impressionnante d'itinéraires d'envergure réalisée par Pierre GIROD.

Voir les articles de Montagne Magazine
Lire les extraits de Oisans Sauvege