Qui ne connait pas la mémoire vivante des CRS de montagne puisqu'il reste le seul à avoir fait partie de la première "section montagne" de la 147 de GRENOBLE !
Jeannot naît le 28 juillet 1925, non loin de la Manche à MAILLY-RAINEVAL (Somme). Son père exerce la profession d'artisan maçon/carreleur. Jeannot est le 4ème enfant d'une fratrie de 9. Si près de l'océan, il aurait pu être "marin" mais les racines savoyardes de sa Maman font probablement que cette grande famille, s'installant à GRENOBLE en 1940, l'orientent vers la Montagne.
Dans un premier temps, alors que la France est en guerre, Jeannot intègre à 15 ans le "marché du travail" comme menuisier ou il apprend la fabrication des meubles et des fenêtres et rêve de devenir ébéniste.
En 1943, à 18 ans, il entre dans la Police Nationale et le 1er octobre rejoint les G.M.R.* au "Groupe Dauphiné" à la Caserne Bizanet**, puis un an plus tard le "groupe Estérel" à OLLIOULES (Var).
Début février 1944, il apprend qu'il doit monter au plateau des Glières afin d'effectuer une opération contre les maquisards. Il décide de déserter l'Unité.
Accompagné de deux collègues qui ont fait le même choix que lui, il prend le train pour Toulouse afin de se rendre à Bagnères de Luchon. Cette échappée se poursuit à pied par le col enneigé du Portillon pour passer en Espagne ou ils seront emprisonnés. Relâchés, ils réussissent à traverser l'Espagne jusqu'au sud ou ils embarquent à destination de Casablanca à bord du "Marrakech" bateau habituellement transporteur de moutons. Fin du périple qui a duré du 6 février au 10 août 1944.
A Casablanca, chacun des trois "déserteurs" décide de s'engager dans le régiment de son choix. Jeannot opte pour le premier régiment de chasseur parachutiste : 1er R.C.P. dans lequel il effectue son service national.
Dans ce cadre, il sert à DOLE (Jura), NEVERS (Allier) et enfin PAU ou il démissionne en novembre 1945. Il demande alors sa réintégration à la C.R.S. d'OLLIOULES où il est "CRS de base", puis mute le 1er mai 1946 à la C.R.S. 147 à GRENOBLE et rejoint un an après la section montagne placée sous les ordres du Lt RIOLET.
A ce titre, il participe en 1950, aux côtés des "vétérans" de la S.D.S.M., à des interventions "historiques" comme celle des Mines de l'Herpie (Huez) ou celle de la catastrophe des pèlerins canadiens à l'Obiou. Il a aussi participé à la première intervention de secours CRS en spéléo aux Cuves de Sassenage en novembre 1965 !
"Jeannot" mute en 1953 à la CRS 29 de LANNEMEZAN, passe le B.C.T. en 1956. C'est aussi en septembre 1956 qu'il procède à Gavarni (Hautes Pyrénées) à la première démonstration de secours en hélicoptère.
En novembre 1961, il revient à GRENOBLE jusqu'à sa retraite en 1980 et finit avec le grade de Lieutenant 7ème échelon.
Avec son épouse Jeanne (mariage en 1947), Jean a 3 filles : Régine, Marie-Françoise et Dominique, la benjamine.
"Jeannot" a son franc parlé ; il a ses convictions ! Mais ce côté un peu rugueux cache un homme généreux, fidèle en amitié, sur lequel on peut compter. De caractère gai, très convivial, Jeannot aime plaisanter, taquiner ses copains, il est de bonne compagnie donc souvent dans les bons coups de fourchettes d'arrière-salle. Il connait beaucoup de monde et son carnet d'adresses est très précieux. Certes l'âge l'écarte peu à peu des sorties en montagne exigeantes mais les anciens se souviennent d'un "Chef de poste de secours" solide aux capacités relationnelles, physiques et techniques respectables. Il totalise plus d'une centaine opérations de secours (insigne fédéral n° 339).
Approchant les "nonante", Jeannot est toujours actif à la S.D.S.M., depuis le début de sa "renaissance" en 1996. Tout le monde espère encore pour longtemps !

Éloge funèbre ici

Renvois :

* G.M.R. : Groupes Mobiles de Réserve, ancienne appellation des C.R.S. créées officiellement le 8 décembre 1944.
** Cette caserne bâtie dans le secteur de l'ile Verte est démolie depuis.