Nous savons tous l’amour que portait Raymond GREN à la Montagne et plus précisément à ce fond de vallée du Vénéon. Il en appréciait sa rusticité, sa sauvagerie, ses habitants. C’était son jardin ! Il en connaissait tous les recoins, tous les vallons, tous les sommets pour les avoir gravis en toutes saisons à maintes reprises par des voies différentes.

Il en savait aussi ses pièges et était intervenu des centaines de fois dans des conditions souvent difficiles pour secourir des pratiquants des sports de montagne.

Très récemment, sa famille et ses amis proches ont voulu y répandre ses cendres. Ils ont choisi la rive gauche du torrent du Vénéon, non loin du village, symboliquement dans le seul endroit où l’on aperçoit le sommet mythique de la Meije. Les montagnards situent cet emplacement.
A cette émouvante occasion, certains y ont érigé un cairn en bordure de sentier, en son souvenir.
Raymond repose à jamais à la Bérarde.

Photo : les copains de Raymond, représentant la S.D.S.M., présents à cette occasion.