Par Elisabeth DUMAS

"...HOMMAGE A MON CHER PAPA

Né en juin 1918 au soleil de la Drôme, tes parents, ta sœur et toi arrivèrent à Grenoble lorsque tu avais 7 ans.
Etudes et Bac au lycée Champollion, tu appris comme premier instrument le violon. Tu poursuivis tes études d’ingénieur que la 2eme guerre mondiale t’empêchera d’achever. Je ne connais pas tes années de guerre, tu ne parlais pas souvent de toi, mais j’ai su que tu avais rejoint la résistance.
Toute ta carrière professionnelle se déroulera à l’école d’apprentissage de Merlin Gerin (devenu maintenant Schneider électrique) Econome, surveillant général, professeur remplaçant légalement les collègues absents. Tous les étés tu partais en camp avec tes élèves pour quelques jours de vacances.
Tu adorais la musique, jouant de la clarinette, du saxophone et un peu de piano dans un orchestre de bal avec tes copains.
La chorale eu une place importante dans ta vie : membre très actif du Cercle Choral Montagnard : tout à tour secrétaire, président parfois même chef de chœur, tu sympathisas avec une choriste qui te présenta sa sœur que tu épouseras. Ma chère Maman te fit un beau cadeau d’anniversaire : je suis née la veille de votre premier anniversaire de mariage !
Tu aimais chanter ces chants montagnards car cette montagne était une autre de tes passions. Alpiniste dès l’âge de 13 ans, guide de haute montagne, tu fis partie du secours en montagne pendant de nombreuses années. L’âge venant, tu continuas à marcher et skier jusqu’à plus de 70 ans partant régulièrement une semaine en refuge, sac à dos avec tes copains.

Puis le temps de la retraite venue, tu étais toujours très actif au sein du groupement de retraités, d’anciens montagnards. La S.D.S.M. (Société Dauphinoise de Secours en Montagne) reprit du service sur de nouvelles bases adaptées au grand âge de ces anciens montagnards : actions d’aide vers de jeunes handicapés pour leur permettre de fréquenter une montagne jusque là inaccessible.
Toutes ces associations te passionnaient et grâce à l’informatique, tu pouvais rester en contact en continuant à participer à leur rayonnement, malgré ta vue qui faiblissait et les déplacements à l’extérieur devenus impossible.

A la fin de ce mois de Juin tu aurais eu 97 ans..."