Allocution prononcée lors de la cérémonie des Obsèques de Joseph SALVI en l'église de St LAURENT du PONT le 4 novembre à 11h00

"..C’est comme cela que nous aimons t’appeler. Ce diminutif va si bien à l’Homme chaleureux, convivial que tu es et que nous aimons rencontrer à la Bérarde, à la C.R.S. de GRENOBLE, au C.N.E.A.S. à CHAMONIX, tout simplement au détour d’une rue, dans les allées du marché, ici ou là .

Tu choisis de nous quitter après une vie particulièrement bien remplie :
Tu es né le 16 mai 1925 à LONGWY (54- Meurthe et Moselle) Tes parents tiennent alors une "pension de famille" avec restaurant, chambres, salle de danse … . Avec tes 6 frères et sœurs, c’est probablement dans cette ambiance que tu acquiers cette aisance en collectivité et ton goût pour la danse "musette".. Tu es, paraît-il, resté un excellent cavalier !

A la fin des études secondaires, tu passes le concours de Gardien de la Paix de la Police Nationale puis entres à l’Ecole de Police de SENS avant d’être affecté à la C.R.S. 47 de GRENOBLE d’abord dans les sections de Maintien de l’Ordre.
Sportif, altruiste, courageux, aimant la nature, tu optes de suite pour la difficile spécialité du Secours en Montagne où tu réussis brillamment les premiers stages d’alpinisme et de ski. Au début des années 50, alors que l’hélicoptère n’a pas encore montré le bout de ses ailes, tu participes à de nombreux sauvetages et recherches dans le Massif du Mt Blanc, en Belledonne, ou dans l’Oisans. Tu apparais même dans un exercice de secours qui fera la "une" de l’émission phare de l’époque : "Les coulisses de l’exploit" !
Pour ces interventions, tu obtiens l’Insigne Fédéral de Secours en Montagne, récompense très convoitée.

Tu es ensuite affecté au Centre National d’Entraînement à l’Alpinisme et au Ski, principalement au service du matériel, l’été à la CRS de GRENOBLE et l’hiver à la Daille à VAL d’ISERE. Après une journée bien remplie sur le domaine skiable, tu apprécies les longues soirées de belotte ou de tarot avec tes collègues où discussions et taquineries vont bon train.
Tu t’élèves dans la hiérarchie jusqu’au grade d’Officier de Paix au moment de la retraite en 1980.

Avec Eddia que tu épouses en 1947, tu t’installes d’abord à VOIRON mais à, la retraite, tu fais construire à Berland, on ne peut plus près de la Chartreuse, massif que tu affectionnes particulièrement. Là, idéalement situé, tu continues à pratiquer la randonnée et tu peux te laisser aller à une autre passion : les champignons ! Tu les connais tous, cèpes, chanterelles, trompettes , sanguins… Tu sais aussi les bons coins si nombreux dans le secteur.

Malgré ton relatif éloignement géographique, tu entretiens régulièrement les relations avec tes anciens collègues en adhérant de suite à l’Association des Anciens CRS ou à la S.D.S.M. pour aider les enfants handicapés à la pratique des activités de montagne. D’ailleurs, n’ayant pas pu en avoir, tu es particulièrement attentif et généreux à l’égard des enfants nécessiteux pour soutenir certains d’entre eux, même jusqu’en Afrique.

Toi, qui a tant aimé respirer le grand air de la montagne tu t’en vas victime du cancer des poumons ! Étrange destinée…
Nous gardons de toi l’image d’un homme discret, modeste, sérieux, intègre.. Un bon copain ! Pour ta gentillesse, ta générosité, ta convivialité, ta solidarité, nous t’apprécions beaucoup, Zef !

Pour cela, tes anciens collègues sont rassemblés à tes côtés pour te rendre un hommage oh combien mérité.
Adieu Zef !.."