Cette appellation très ancienne traduite par « autour des remparts » prouve que le secteur est chargé d’histoire depuis l’époque romaine. Touristiquement le site offre un panorama magnifique sur la vallée de l’Isère, au Sud du Grésivaudan mais, au plan militaire, cette position dominante (alt : 740 m ) est enviée de toutes les armées car elle constitue un formidable poste d’observation stratégique.
Ce cadre reposant appelle aussi à la sérénité et la méditation au point qu’il devient un « haut lieu lassalien », congrégation fondée au 17 ème siècle par Jean-Baptiste de la Salle. Actuellement, sept frères composent la communauté chrétienne qui réside dans ces lieux entièrement restaurés à partir des années 1965.
Au Centre Notre Dame de Parménie, les frères et les laïcs salariés sont à la disposition des visiteurs. Il est possible de se restaurer et de séjourner en hôtellerie (40 places) ou au « pavillon » pour les groupes de jeunes (70 places).
Tous ces arguments s’ajoutant à celui de la « proximité », justifient amplement que la S.D.S.M. choisisse ce site pour y organiser sa « nuit en refuge, version 2016 ».
Cette année, 37 enfants, 12 éducateurs et 10 SDSM composent la caravane pédestre qui le premier jour s’élance depuis Beaucroissant vers la colline par la boucle de la « Pierre Pucelle/Combe noire » sous un ciel légèrement couvert. Le sentier parsemé de gros galets ne facilite pas la progression des enfants, encore moins celle de la joëlette ; néanmoins tout le monde arrive au sommet pour un premier pique-nique à Parménie. Les nuages sont désormais partis. Un passage à la « table d’orientation » permet de découvrir les massifs qui se présentent devant nous : le Vercors, la Chartreuse, Belledonne, … jusqu’à la pointe du Mt Blanc (par temps très clair..). Descente sans trop de problèmes et la caravane retrouve Beaucroissant pour une montée cette fois plus confortable par la route, dans les véhicules.


Installation dans les chambrées du « Pavillon », petite toilette, « boisson d’honneur » et photo de groupe avant le dîner au Centre où le chef propose salade verte , tartiflette à la carbonara, fromage et mousse au chocolat. L’ambiance est étonnamment calme, sereine ; les enfants récupèrent tranquillement. La nuit s’annonce bonne.
Le lendemain, il fait très beau ! la rando projetée emprunte un parcours improvisé, tracé sur les crêtes de la colline d’en face, jusqu’à « l’Eslinard » charmant petit hameau tullinois, calé plein sud contre la colline. Finalement, l’heure passant, le groupe écourte la rando et pique-nique sur les hauteurs de ce hameau dans un lieu calme, au milieu des champs où paissent quelques vaches. Certains choisissent un peu d’ombre car le soleil est maintenant bien présent. Il fait même presque chaud, au soleil, sur le sentier du retour.
Libération des locaux, petite collation.. la « nuit en refuge » est déjà finie, vite, trop vite.
Les SDSM profiteront d’un « temps mort » pour visiter la citerne gallo-romaine, un surprenant menhir et la crypte sous la chapelle romane Ste Croix ( 12ème siècle). Il repose ici 2 personnages qui ont imprégné les lieux : Louise HOURS et plus récemment Frère Léo BURKHARD. Cette visite particulière est aussi proposée dans le cadre des journées du Patrimoine.
Enfants et adultes ont passé un merveilleux moment dans la première colline des Chambarans, destination dite de « proximité » mais que finalement peu connaissent ! Rappelons que depuis l’inondation de 1219, Parménie a servi aussi de lieu de pèlerinage/négoces marquant ainsi l’origine de la célèbre « Foire de Beaucroissant »
Nous savons maintenant que plusieurs ingrédients sont nécessaires à la réussite d’une telle organisation : le beau temps certes, la beauté des paysages, l’harmonie enfants/ éducateurs/SDSM désormais bien huilée … mais aussi la chaleur de l’accueil des frères et du personnel du Centre. Appelé à parapher symboliquement « le livre d’or de la SDSM », le Frère Gilles conclut : « cette expérience confirme quelques aspects de Parménie : un centre d’accueil, un lieu de rencontre et de partage ! Les portes sont ouvertes ! »

Assurément Frère Gilles, les enfants handicapés, leurs éducateurs et la S.D.S.M. reviendront… !

Voir l'article du Dauphiné Libéré