Ce lundi 23 novembre, Raymond, Bernard, Daniel ont passé une journée à la Bérarde
afin de se commémorer un passé de résistant pour Pierre, d’anciens de la CRS Alpes pour Bernard et Raymond.
Ils n’ont pas manqué entre autre d’aller voir le poste de secours devenu la « Maison de la Montagne », la maison où habitait Rémi, ermite et ami des secouriste et bien connu des montagnards… et d’aller sonner à la porte de Dédé, un bien connu des secouristes. Un moment de retrouvailles sympatiques pour ces anciens.
Quant à Pierre,
cette journée a été l’occasion d’évoquer le pourquoi et le comment de sa présence au maquis de l’Oisans et plus particulièrement à l’Alpes d’Huez, d’évoquer Noël Monnot, un copain « qui me lavait mes
affaires » mais qui s’est révélé après être un personnage très important de l’ONU. A cette époque, il se cachait au maquis. Un moment particulier a été une pause dans l’un des virages menant à La Bérarde où seraient enterrées une vingtaine de personnes exécutées par cette justice de l’époque, expéditive lorsqu’il fallait juger des collaborateurs. Mais était-ce là ? Aucune trace indique cette présence et Pierre, qui n’a pas été témoin, ne possède que des renseignements d’un autre résistant.

Enfin, et ce fut l’un des meilleurs moments de la journée, le repas chez Marie Claude... où les murs connaissent tous les secrets de cette vallée mythique du Vénéon.. Au menu, notamment des crosets « fait main » arrosé d’un bon vin.
Les premiers flocons ont fait leur apparition sur les hautes cimes du secteur baignées par un soleil inespéré. Une journée qu’il ne fallait pas manquer, sous un ciel immaculé alors que dans la cuvette grenobloise, les nuages donnaient une couleur bien plus tristounette !