Lors de la célébration du cinquantenaire de sa création, le 11 juin 2011, le P.G.H.M. de l'Isère s'est vu consacré dans son rôle majeur dans les secours en montagne, par l'ordre du jour n°3, lu par le Général de corps d'armée, Jacques Grandchamp, commandant la région de gendarmerie Rhône Alpes et la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité Sud-est.
"La commémoration de ce 50ème anniversaire coïncide très précisément avec la mise en Å“uvre de nouvelles directives d'organisation du secours en montagne qui consacrent la gendarmerie en tant qu'acteur majeur de l'action de l'Etat en montagne", a déclaré le général Grandchamp.

Il s'est félicité de voir les anciens et actuels acteurs du secours en montagne réunis lors de la cérémonie du 11 juin, "pour rendre hommage à ceux qui ont construit le secours en montagne, mais aussi pour faire perdurer le lien quasi-fraternel qui unit les acteurs du secours en montagne de toutes les générations et de tous les horizons".
De son côté, le Chef d'escadron, commandant du P.G.H.M. de l'Isère, Sébastien Rigault, a salué "les hommes et les femmes remarquables et surtout indispensables qui nous accompagnent au quotidien dans nos missions. Les pilotes et les mécaniciens de la sécurité civile, mais aussi de la gendarmerie, les médecins du S.A.M.U. 38 et l'A.N.M.S.M. (Association nationale des médecins du secours en montagne), nos homologues C.R.S."
Et, a-t-il ajouté, "il ne faut pas oublier les hommes et les femmes de l'ombre qui Å“uvrent de manière associative au profit du secours en montagne". "Le secours en montagne est une somme de dévouement et d'engagement que l'on peut difficilement chiffrer", a poursuivi Sébastien Rigault. Il a fait le vÅ“u que le P.G.H.M. de l'Isère fête son centenaire, évoquant le "professionnalisme de tous les instants des membres du P.G.H.M."
Il a enfin rappelé le message de prévention que "la montagne ne peut pas être sans risques". Se souvenant avoir cherché une formule pour le livre édité à l'occasion du cinquantenaire, il avait forgé cette phrase, "le vrai courage en montagne c'est la prudence", avant d'avoir découvert et adopté le mot d'Euripide : "Le vrai courage, pour moi, c'est la prudence". Ce qui, dit-il, rejoint la réponse faite un jour par un membre actuel du P.G.H.M. interrogé sur ce qu'il pensait être ses qualités : "Ma vraie qualité, c'est d'être vivant".
Une délégation de la Société Dauphinoise de secours en montagne (S.D.S.M.) a assisté à cette commémoration, placée sous le haut-patronage de Pierre Mazeaud, ancien ministre, ancien président du Conseil constitutionnel et alpiniste de grande renommée.